• Codex

    Codex

     

    Le Codex est un manuscrit peint à la main recouvert d'inscriptions pictographiques. Il peut être maya ou aztèque, soit "opistographe" (c'est-à-dire écrit des deux côtés) ou "anopistographe" (écrit d'un seul côté). A noter qu'en latin on dit un codex au singulier, des codices au pluriel. Pour plus de commodité, dans ce site, nous utiliserons les deux formes: "des codex" ou "des codices".

    Les codices sont écrits sur de l´écorce d´arbre, du cuir animal (peau de cerf) ou fabriqués à base de fibre végétale comme le maguey, une espèce de cactus très courante au Mexique. On trouve également des codices en toile de coton tissée. Sur cette surface, les aztèques enduisaient une couche d'amidon ou de calcaire. Cette matière servait à faire de longues bandes que l´on repliait en accordéon.


    La forme en accordéon :

    De façon à pouvoir lire d´un côté comme de l´autre. Du plus petit (12x12cm) au plus grand (40x40 cm) les codices suivent le modèle du pliage en accordéon mais parfois aussi en rouleau, voire en bande verticale. Une fois dépliés, certains codex peuvent mesurer plus de 10 mètres de long, comme le Codex Borgia.


    Le scribes :

    Les scribes-enlumineurs étaient nommés «tlacuiloani», ou scribes-peintres car les livres étaient remplis de glyphes richement décorés. Ces scribes-peintres recevaient une formation religieuse très poussée et ils étaient très respectés pour leur savoir. Les codex leur servaient d´aide-mémoire et de source de référence pour raconter des récits historiques, mythologiques ou religieux. En effet, la récitation et la transmission orale avaient une grande importance dans les sociétés précolombiennes.

    Le saviez-vous ?

    Avant la conquête espagnole, il existait de véritables bibliothèques de codex. De nombreux ouvrages ont été détruits avant la conquête. L'empereur aztèque Itzcoatl aurait fait brûler de nombreux ouvrages, pour pouvoir réécrire l'histoire mexicaine sous un jour plus favorable aux Aztèques. Ainsi il pensait détruire également l´histoire et la culture des vaincus.

    Un Codex pourquoi ?

    La plupart des codices sont des « Tonalamatl », des « livre des jours », c'est-à-dire des almanachs divinatoires divisés selon les vingt périodes de treize jours qui constituaient le calendrier rituel de 260 jours appelé «tonalpohualli». Ces ouvrages étaient consultés par les prêtres lorsqu'il fallait donner un nom à un nouveau-né, pour prédire son destin, fixer la date d'un mariage, partir en voyage ou lors de quelque autre événement important. Mais au fait, connaissez-vous votre signe astrologique aztèque? Pour le découvrir, rien de plus facile, cliquez sur http://membres.lycos.fr/sylvelie et allez dans la rubrique "Horoscope Aztèque". Vous n'aurez plus qu'à rentrer votre date de naissance pour lire ce que votre destin vous réserve !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    foortune
    Jeudi 24 Avril 2008 à 14:00
    bon bah moi je suis du signe du mouvement! ça promet!
    2
    Dimanche 27 Avril 2008 à 11:05
    Je connaissais le mot "codex" mais j'ignorais que son pluriel était codices.  Je pensais toujours un codex, des codex.  Non, donc.  Merci de l'avoir mentionné.  Sinon, ces codices sont en fait les premières bandes dessinées.  Je n'avais jamais entendu parler des horoscopes aztèques mais (ça ne s'invente pas), je suis lapin.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :